Vova

Il avait les mots

Une générosité

A mon fort gré

Où vivaient les flots.

 

Plongé dans son regard

J’ai cru voir

Un astre blafard

Sombré dans mon entonnoir.

 

Je l’imaginais à mes côtés

Pendant une éternité,

Les virgulent sont envolées

Dans les abysses de mon monde caché.

 

Les paroles fusionnaient avec le son de sa voix

Les larmes de mon être étaient des planètes

Comme des pages brûlées dans les arrêtes

Où les fables des émotions percevaient mon émoi.

 

Mon cœur tout crispé dans les étreintes

Les intestins devenus lambeaux

Mes pupilles rivées sur mon tombeau

Je ne voyais aucunes craintes.

 

Pourtant le jour a sonné le glas

Sans que les minutes puissent jouir

Les heures m’avaient foudroyées d’un vla

Qui résonne encore dans mon sourire.

 

Il n’était pas intéressé par moi,

Je n’étais qu’un pion

Comme le bouffon du roi

Avec qui on peut être un soldat de plomb.

 

Pleurant les larmes de tout mon corps

Mes adieux brûlaient avec mes peurs

Jamais je n’aurai pensé cela du bonheur,

Les dieux ne m’ont pas épargné avec ce terrible sort.

 

Les livres se referment dans des placards sans clés

Comme l’eau sur les bassins de ma destinée,

Les saules peuvent maintenant jouer

Du violon pour écraser mes peines indomptées.

 

Sans prévisions, je pensais qu’avec lui

J’aurai pu construire mon lendemain

Avec les battisses d’une nouvelle main,

Mes voies lactées ont écorché ma vie.

 

  • Vues2366
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

et, tempus Nullam ultricies dolor dolor.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?