VIGUEUR

Dans une chambre feutrée aux timides lueurs
Le tissus des coussins sous ton corps en tailleur
Tes seins diaphanes fusants sous ta chemise ouverte
Sculptent le halo du cierge sur la desserte
Qu’éclipse ta nuque courbée comme une fleur

 

Fiers comme des grappes muries par le soleil
Qui exhalent leur verdeur et désaltèrent l’abeille
Insolents et pourtant sans dessein d’allécher
Ils triomphent d’un éclat dur à dissimuler :
La nature n’admet pas que l’on cache ses merveilles

  • Vues972
  • Aime3
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

eget ut ultricies libero. tristique ante. ut commodo Nullam commodo elit.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?