Vieilles radasses sous l’autel

Elle couru et fila en de tortueux rallyes,
aussi prompte qu’un rat cavalant les conduits :
la petite vertu à la mort des semaines…
et de ténus abus qu’ont dissous un amen.

C’est astiquant leur foi – qu’un jeune clerc récita –
que ces dames aux démons vouent de doux libertins
pour se branler le con, dans un noir abyssin,
en tâchant que l’époux n’en devine les remous.

Ces madones ratées fustigeant en messes basses
– de basses plaies nécrosées d’une humeur salace –
sont autant d’eugénies aux engouements impies (1)
et de grues inavouées planquées sous le sacré.

Ces justines critiques – alors épileptiques – (2)
font des rêves, messieurs, d’essieux larges et goûteux.
Chevaliers, dolmancés et brouteurs au long sexe : (3) (4)
malaisé de fouiller de pareils complexes.

 

~o~

 

(1) : eugénie est un personnage du marquis de Sade, elle est une élève avide de s’enrichir en lubriques expériences.

(2) : personnage du marquis de Sade, jeune bigote.

(3) : personnage du marquis de Sade, incestieux, il n’a pas grandes limites mais n’est pas le plus déluré ni le plus causant.

(4) : personnage du marquis de Sade, il est cruel,  anticlérical, révolutionné mais pas révolutionnaire, insasiable, son goût pour la perversion va toujours en croissant. Sans scrupules, il tue et viole à tout sexe et tout âge et il lui tient à coeur de professer les choses du vice à ceux qui en sont des profanes. Un gars normal quoi !

  • Vues1663
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. Larsenbac 4 ans Il y a

    Portrait sans concession (un ou deux mots, au choix)… 😉
    J’ai dû chercher la définition de radasse ! Serait-ce la pétasse qui a de l’expérience (prostituées) ? Le Rade étant le Zinc du Bistrot où les sus-nommées (en deux mots) 😉 attendent les clients…

    La scène est ici sous la cène, mais je pense que les services sont gratuits, et les sévices compris ! 🙂
    N’est pas sans me rappeler mon texte sur la mante, puisque l’autel est l’endroit pour laver ses péchés.

    Dans la forme, je note beaucoup de sonorités “ra”, comme des roulements de tambours (sans les trompettes de la renommée).
    Aussi, ces assonances : “ténus abus qu’ont dissous un amen” ne sont pas sans me rappeler les formules latines récitées à l’office “in nomine….” 😉

    Le dernier vers me régale, puisque je chasse le contrepet (celui-ci ne sent pas mauvais)… et j’adore fouiller la menthe !

    Bref, pour moi, de loin le meilleur de ton oeuvre ici… 🙂

    L@rs

  2. Auteur
    pheukiou 4 ans Il y a

    radasse c’est une insulte mais je n’ai jamais vraiment su ce qu’elle voulait dire, apparemment, c’est une pute de bas étage, bien vu alors 😉

    J’ai pas l’impression qu’il y ai tant de “ra” (j’ai pas recompté), mais vu le sujet, ce petit son crachouillant de “ra” ne m’apparait pas comme un défaut, ou un contre sens.

    Merci en tout cas pour tes commantaires 😉

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

sit efficitur. pulvinar id, venenatis, sed non ut Praesent adipiscing Nullam

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account