Vacance

Comme un flocon de neige emporté par Eole
Dans la gueule béante et noire d’un volcan,
Ma pensée s’évapore aussitôt que naissant
Et mon feu créatif n’est plus que fumerolle.

Comme l’étoile perd peu à peu sa brillance
Dans le ciel palissant aux lueurs du matin,
Mes idées se délitent et je perds mon latin
Et ma tête vidée n’est plus qu’une béance.

Comme les gouttes d’eau qui tombent du nuage
Dans la mer qui bouillonne et brasse à l’infini,
Mes phrases sont noyées dans un brouillamini
Et ma verve d’antan n’est plus que bafouillage.

Comme ce grain de sable oublié par le vent
Sur le désert brûlant d’une dune si blonde,
Mes mots se sont perdus parmi les mots du monde
Et ma bouche, lassée, n’est plus que bégaiement.

Calliope, Erato, Terpsichore et Thalie
Venez à mon secours, tirez moi par la manche,
Ma muse est en vacance et mon âme amollie
S’est encore endormie sur cette page blanche.

  • Vues1495
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

massa Donec velit, leo dolor lectus dolor. tristique accumsan porta. in

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?