Une vieille ville

Les venelles bordent le sacré
Ce lieu suinte la communion universelle 
Dressez-vous vieilles églises
Vos pierres de taille lapident l’éphémère
Votre style gothique vit dans l’éternel

Les madrigaux résonnent sous les arcs brisés
L’oraison de la quiétude élève la place 
Perdurez petites habitations
Vos moellons rappellent le havre de paix
Votre savante ordonnance invite au repos

Le soleil blondit les superbes fresques
La vieille-ville s’érige en tableau de maître 
Jalousies fermez les balcons
Vos torsades ornent l’intimité
Votre treillis garde les secrets des alcôves

La lune blanchit les volets percés de cœurs
Les oiseaux sous les croisées célèbrent l’endroit 
Humanisez les murs œils-de-bœuf
Vos ouvertures scrutent les cieux
Votre regard est celui des dieux lares

Les arcades sont ouvertes au monde
La convivialité s’invite ici 
Chambranles soutenez la porte cochère
Votre bois aux grands cernes n’abdique point
Votre odeur rappelle l’arbre de mai

Les échoppes au toit ardoisé grouillent
La rumeur de la foule ondule au marché 
Hommes échangez la bienséance
Vos sourires éclairent le monde
Votre accolade étouffe la cupidité

La fontaine de marbre épanche son bonheur
Une naïade décore ce bien public 
Nymphe déversez la jouvence
Votre apparence ébaudit les âmes
Votre galbe nous emmène vers l’artiste

Les pavés bornent l’ailleurs
Les escaliers entourent cet oasis 
Marches pierreuses élevez-nous vers les cimes
Vos spirales contournent l’ordinaire,
Votre hauteur rapetisse le commun.

  • Vues1805
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

non leo. libero quis ultricies mattis

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?