UNE PASSANTE A FOULARD EN POINTE SUR LA TETE

UNE PASSANTE À FOULARD
EN POINTE SUR LA TÊTE !

L’esprit libre de tout souci !

il est prêt à éprouver,
La senteur de la félicité !
La mer, c’est à deux pas d’ici !
Chaque matinée, dès que j’entends ?
Un léger bruit, Provoqué,
Par le clapotis, de la marée !
Insensé, et comment ?
Cette agitation ! Me réjouis ?

Et depuis, une douce euphorie,
Joyeusement m’envahi !
En effet, le phénomène de la marée !
Découle, de mon point de vue !
Un théorème précis !
Afin d’adapter, une parfaite harmonie
Entre mon attitude,
Et mon état d’esprit.

Oui, vous avez bien compris !
Le tout signifie ?
Que cette passante gracieuse et jolie !
Elle ne va pas tarder
À passer,  toute joyeuse, dans ma rue !

En connaissance de cause !
L’existence de chaque passage !
Est devenu, une apothéose !
Un avantage acquis !
Qui, métamorphose, mon esprit !
Et par définition, il pourra allonger,
Éventuellement, l’espérance de ma vie.

A priori ; Avant que tous,
Les riverains, se réveillent ?
Sitôt, après le lever du soleil !
Dans ma rue ; elle passe tôt,
Chaque matin, Près,
De mon petit, magasin !

Dès que mon cœur
Accélère sa cadence !
Je comprends,
Qu’elle n’est pas loin,
Quelle providence ?
vite, je me regarde ? Où j’en suis
Et si, le tout, me va très bien,
En revanche, Le coup de parfum,
N’est pas inclus
Je garde, le plaisant, pour la fin !
Bien entendu.

Pour lui signaler, que je l’aime !
Plus que le monde entier !
Il suffi de l’admirer, avec insistance !
Et en toute confiance, et sans abus !
Si elle cherche à s’échapper
À une existence étriquée
Je serais son ami ! à partager,toute la vie !
C’est l’évidence même, de mon esprit.

La voilà qui arrive à point !
Le teint, de son visage frais,
Et la peau satin !
Aucun point controversé ?
Quelle classe, quelle beauté !
Et quel archétype féminin !

Sa beauté lui donne !
Un ordre de grandeur,
Précis et inédit !
Sa fraîcheur, sa légèreté,
Et la brise matinale, de l’été !
Ils ne font qu’un, et bien défini.

L’allure joviale et le corps mannequin !
Dès que, je l’aperçoive, de si loin ?
Je refoule mes tendances.
L’espoir de ma croyance !
À mon cœur, revient.
Dès lors, Par-dessus bord ?
Je jette, ma crainte, du lendemain !

Son talent, ne peut passer inaperçu ?
Perceptible !
Qu’on peut le toucher de loin,

Ses lèvres veloutées,
D’une rouge ardent,
Sont larges et rondes !
Quand elle se mette à sourire !
C’est un autre monde !

Dieu est grand!
C’est là ! Où je veux rester
Pour l’éternité
Afin de parvenir, à mes fins.
Que Dieu m’entende ?
Oh, de son amour ! Combien, J’en ai besoin.

Lorsque elle parvienne, prés du magasin !
Une paie intérieure, me surprend ?
Mon cœur ne fait preuve, aucune illusion !
Un court silence me retient !
Inconscient de ma chance ?
Je me sens perdu,
Dépourvu d’imaginations ?

La première fois !
Quand elle m’a dit bonjour !
Bien avant, de ralentir sa cadence ?
J’ai entendu sa belle voix,
Comme un chant de bienveillance
J’étais convaincu, que son amour
Changera, un jour, le sens, de ma vie,

L’importance de ma joie, était telle !
Mon cœur criait comme un sourd !
Il a peur de l’amour !
Il grain ? Si, sa rupture,
Aura lieu un jour ?
Avant même, de savourer,
L’euphorie de cet amour ?

À son secours il m’appelle !
Et mon oreille ?
Ne l’entendait guère ?
Elle est occupée, par la fête de l’amour !

Son bonjour et plus,
Qu’un, poétique refrain,
Son foulard en soie
Est un grain de fantaisie
Oh, combien lui convient.
Jour après jour !
Mon âme et mon esprit
S’enrichissent de son amour !
Afin, de donner libre cours
À mes instincts.

Bien sûr ! À son style sublime,
Ni à son aspect artistique !
Je n’ajoute rien ?
Sa ligne esthétique est conçue !
Avec goût parisien,

Son corps métamorphose ? L’esprit,
Et l’archive des souvenir ?
De l’ homme sain,

Sa spontanéité incarne un style Asiatique,
Jusque au bout des ongles féminins,
Son attitude romantique !
Synonyme, d’un luxe fin,
Son regard, laisse rêver,
Toute personne ?
Qui croise son chemin. .

Le fond et la forme,
De ses beaux yeux !
Sont l’encre et les plumes ?
De un medium de jadis !
Quand elle laisse, son charme
Réagir, en sourdine !
Aucune personne ne devine
Ses astuces ?

Son sortilège souvent !
M’ordonne et m’oblige ?
À prolonger mon regard
Sur son corps génial et délice

Toujours j’ai envie de savoir ?
Ce trésor affectif et humain !
À qui, Il appartient ?
Quel talent et quel prestige !
Mon Dieu quel genre d′homme ?
Elle préfère, ou elle exige ?

Avec réserve, sans négligence !
Elle m’observe, en silence,
Mais avec soin !

Le sourire en coin
Dès qu’elle s’aperçoive ?
Que mes yeux en train,
De l’admirer, de haut en bas ?
Le paysage de son charme

est hors du commun?

elle sait que je l’aime  très bien.

Ses joues et sa peau de velours
Sont bel et bien
Une légende ! Qu’on ne peut, l’évoquer
Sans attiser, le feu de l’amour.

Son passage quotidien,
Pour ma conscience !
Et un fidèle soutien !

Quand elle s’absente
Pour un jour ?
Insensé, répond mon cœur !
Mon âme me demande ?
Que faire ?
Si La déception, amoureuse ?
N’est pas en cours
En train de nous jouer?
Une mauvaise, tour !

Son regard parfois, sceptique
Pourquoi ? Je ne sais rien ?
Elle se méfie des cyniques?
Il faut, que je lui explique !
Que je suis serein !
Et ses préoccupations
Sont aussi les mien,
Et le battement excessif
De mon cœur, est un intime,
Oculaire témoin.

Son amour va-il un jour !
Réaliser ma vision
Oh, combien, de fois ?
Je me suis posée la question ? En vain ?
L’amour ne peut être ?
Ni forcé ni contraint.

Autant qu’on puisse en juger !
Elle sait que je suis préoccupé
Par son amour !
Mais elle garde, sa distance ?
À part son bonjour, quotidien,
Elle ne me dit rien ?
Mais les apparences,
De l’amour contemporain!
Exprime beaucoup de choses ?
Autrement dit ? Ne signifient rien !

Si on raisonne, par analogie, l
Dans son début, L’amour, est indécis ?
Il a besoin de temps !
C’est une question de patience
Et non pas, de références ?
Comme, il prétend, les anciens ?

de où, elle vient ?
Où elle va et quand elle revient ?
Son itinéraire brouille, un devin ?

Au milieu de la proximité du coin ?
J’ai interrogé une foule de riverains ?
En vain ? Sur elle, jamais, je ne saurai rien

Un beau jour et par hasard !
Le passage d’un camion,
A provoqué un vent brutal,
Qui va arracher son foulard ?
Au milieu de la chaussé !
J’ai couru comme un fou !
Après avoir, lui rendu son foulard ?
À ce moment là !
J’ai découvert son mystère ?
Quand j’ai échangé,
Quelque mot avec elle ?
Très vite j’ai constaté ?
Qu’elle est étrangère ?
Elle a du mal à s’exprimer ?
Elle ne sait parler
Que sa langue maternelle,
Et elle cherche du travail ?

Voilà, la fin de l’histoire !
J’ai lui proposer de l engager
Comme caissière ?
La joie dans ses yeux !
Elle a accepté, et avec un air jovial !
Avec le pouce droit,
Elle me signal, Que je suis génial !
Dieu sait combien de leçons ?
Que j’ai, à apprendre
À cette merveille.

Mon magasin est une petite librairie
Désormais, elle fait parti !
De ma ma vie !
J’espère qu’elle aura
Besoin, de mes conseils !
Dans un décor familier primaire !
Qui suggère la belle vie ?
Elle ne sera pas déçue !
A priori, on s’ennui Jamais,
Dans cette ville portuaire.
C’est le début de la fin ! Quand je dise :
Désormais, Je suis,
Son ami intime et son libraire.
Monsieur, KRIT ( mohaga)

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

porta. Praesent accumsan fringilla dolor mi, justo id,

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account