Pas de révolution, sauf s’il est innocence saine

Pas de révolution, sauf s’il est innocence saine

Vous me direz que je suis blême
provocant dans mes intentions
que j’invente idées spirituelles
un charlatan de ces grands mots

Tant de sujet et tant de thème
ou vais-je poser mes crampons
même pieds nus sur la roche
le sang lamentant mes reproches

Avide de candeur extrême
soucieux du beau, du mot que j’aime
qui pourra dire que nous dansions
aurai fait mieux en plaine et son

pauvre poème, dormant sous pont
des anonymes maquignons
pissant dans les rivières saines
offrant un peu de son poison

pourtant l’antiquité romaine
créa les nymphes aux dieux suprêmes
pour aider le roi, l’opinion
dans un vertige, une chanson

d’ou vient le néant du poème
sa puissance et son abandon
ses désirs d’une vie superbe
l’amour, l’espoir et la passion.

  • Vues1052
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ut ut eget nunc consequat. sit Aliquam ipsum commodo

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?