Tranche de banlieue

Elan soyeux de motrices
Bercement de wagons, jours tièdes
Somnolence hébétée de passagers blasés
Corps pressés tressant de quotidiens stress
Rames en délire de galères souterraines
A l’aube de grèves perlées de services minimum
Les voyageurs affluent piétinant leur pudeur
Sur les marchepieds sombres, à l’assaut du métro
Brandissant leur mobile, absolue matrice
Qui raccroche les liens au train-train familial
Vociférant, jouant des coudes
Ils rêvent tous d’un siège à l’abri de la foule
Désespérant d’enfin regagner leur foyer
De trouver un fauteuil et un chat qui ronronne
Un téléviseur fauve et les cris des voisins
Un lit sans grincements et un réveil qui sonne.

  • Vues2143
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. ATROS 3 ans Il y a

    Je ne connais pas cet environnement mais là j’y étais.
    Amitiés + v

  2. Auteur
    Zeus 3 ans Il y a

    Merci pour la lecture et le commentaire…
    😉

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

id ut ut dictum commodo tempus ut ut efficitur.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?