Tout par en distribil : Le choix est l’ennemi du bien

Dans la rubrique “Tout part en distribil” Le choix est l’ennemi du bien

Vous allez pas faire comme not’e Agathe … A l’écouter, tout le village lui faisait des avances, y compris mon Gilbert. Moralité elle est restée célibataire et l’Gilbert y m’a épousée, l’embarras du choix ça y’a miné le terrain à cette pauv’e Agathe…

Y’a des fois vaut mieux pas avoir le choix, c’est plus simple à pas se tromper et c’est moins d’embrouilles dans la tête …

Oh qu’est-ce que vous me faites dire comme bêtise Monique ?! Gilbert y m’entendrait y s’rait tout rouge, y m’dit toujours qu’en dictature y z’ont pas le choix et c’est pas plus simple pour autant. Faut dire qu’à voir ce qui s’passe dans le monde… hein … j’vous l’fait pas dire Monique on se comprend !

Remarquez, entre nous, sans aller bien loin, vous avez vu ce pauv’e Raoul, sa dictature s’appelle Henriette…

Moi je dis qu’on s’rend pas compte qu’on est heureux tant qu’on n’a pas été malheureux, pas vrai Monique ?! Enfin, si on tombe pas en dépression avant !

Maintenant c’est bien simple on supporte pu rien, on “dépressionne” pour un oui pour un non ! On doit pu êt’e fait du même bois ! En tout cas y c’est passé quelqu’chose !

Oh si ! Monique, sisi !! On a l’impression que la vie c’est devenu un hôpital de jour… J’exagère à peine, y’en a qui mange de l’antidrépresseur comme si c’était des smarties ! Et pis une fois qu’on a goûté aux smarties c’est comme si on avait mis les doigts dans le pot de Nutella, c’est pas bon mais on peut p’us s’en passer.

Dans les pays miséreux y dépressionnent pas eux ! Y z’ont aut’e chose à faire, c’est vrai ça, quand on vit dans l’urgence vous croyez qu’on a le temps de se poser des questions ?

Non ! On avance, oui Monique, on avance… (regardant sa montre) A propos d’avancer quelle heure il se fait  ? Faut pas que j’me mett’e en retard ! Non ça va !

Les gens y z’ont tout et quand y leur manque quelque chose, c’est comme si y z’avaient pu rien !! -Ca m’fait penser que j’dois acheter mon Dermophil indien j’en ai pu – Mais comment qu’on faisait dans le temps et on n’était pas malheureux ou alors on le savait pas…
Et pis si on allait pas et ben on s’accrochait aux porosités de la vie jusqu’à ce qu’on remonte …

Vous voulez que j’vous dise Monique, on ne sait plus lutter … C’est ça quand on a été gâté, on fait des caprices !

Le bonheur c’est comme les antibiotiques quand on en a trop eu ça fait plus d’effet…

Sur ce, faut qu’vous laisse la pharmacie va fermer.

J’vous embrasse pas, j’ai les lèvres gercées que ça m’empêcherait presque de parler !

🙂

  • Vues930
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Donec felis ut porta. mi, vel,

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account