Tempête.

Tempête.

je n’ai jamais franchi le cap de l’espérance.
le bateau de l’oubli était mal arrimé
celui que l’on m’a prêté n’avait pas de gouverne.
je me suis échouer au côtes du désespoir.
en mesurant le fond à la ligne de sonde.
sur les récifs brûlant de cette société.
les routes de l’espoir n’étaient pas sur ma carte.
car ceux qui l’ont racé était des Pinocchio.
en déposant les pieds sur une ile déserte.
J’espérais y trouver le sang de mes ainés.
essuyant ouragans et tempêtes.
l’escale de mes rêves était la liberté.
aux huniers de la  peur j’ai découvert la haine.
rejetant les embruns de ce monde pourri.
mais si de mes propos je ne suis qu’un rebelle.
c’est d’avoir combattu amour et liberté

 

car ceux qui l’ont trzcé

 

  • Vues1588
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire
  1. Auteur
    jacques quilici 2 ans Il y a

    maquette du renard cotre de robert Surcouf exécuter par l’auteur.

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ut Phasellus Aenean libero quis, justo ut

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?