Sur une toile d’araignée

Sur une toile d’araignée
Je me suis posé
Reprendre mon souffle abîmé
Sans voir que j’étais en danger.

Les fils m’ont mouillés les pieds
Un doux parfum enrobait le ciel
Le vent fouettait doucement mes ailes
Le silence cajolait mes tendres pensées.

Voulant repartir, je me suis vite aperçu
Les jambes ne voulaient pas décoller
La toile s’est mise à trembler
Comme les vagues des raz-de-marée.

Regardant à droite, à gauche, derrière, devant
Mes yeux n’ont juste vu les bises
Mes peurs n’étaient juste qu’une crise
Les sueurs avaient succombé à flûte de pan.

Vois-je sous mes pattes,
Une ombre à huit pattes,
Où les yeux se léchaient les babines
Comme on brode des soies sur fils.

Je tentais de me délivrer
Mon corps immobile ne peut bouger
Un délicieux nectar m’avait éclaboussé
Comme une trombe de pluie enragée.

Sans me rendre compte, je ne voyais rien
Mes étoiles ne scintillaient que dans mes mémoires,
Les lunes s’envolaient dans mon terrible destin,
Un page se tourne car je me retrouvais dans le noir.

Mes sanglots ne pouvaient rien faire ici
J’étais momifié dans le tissu blanc
Je pouvais entendre le doux son du paradis
Venir me sortir dans les crocs du néant.

  • Vues2230
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire
  1. Music Arts 4 ans Il y a

    A l’échelle d’une montagne, chacun de nous n’est qu’un insecte.

    Belle allégorie que celle du piège de la toile d’araignée. Ainsi, on a presque de l’indulgence pour le prédateur.

    Je suis particulièrement sensible à votre écrit lisant actuellement un bouquin magistral de Janos SzeéKely “L’enfant du Danube” (de Buda) : ce n’est pas Hugo et “Les misérables” mais presque.

    Merci infiniment pour cet écrit très prenant.

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

et, nunc tempus odio Sed in risus libero.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?