Sur les marches du Colisée

J’ai gravi des marches, dont certaines usées,
accueillaient le penseur tourmenté par ses fautes.
Il se sentait coupable de n’avoir prodigué
les soins appropriés et déplut à ses hôtes.

Il eut aimé trouver les mots qui font rêver,
ce afin de construire de beaux alexandrins.
Mais la mine défaite et sa plume asséchée,
lui permettaient à peine d’écrire ses quatrains.

Souvent, l’inspiration n’arrive que la nuit.
Alors il repensa qu’un soir, dans la forêt,
il entendit un merle chuchoter dans son nid,
lui suggérant ses vers, voulant l’asticoter.

C’était peine perdue, car sa muse avait fui.
Assis là sur la marche, la main posée au front,
ses pensées se mêlaient, irritées par le bruit.
Plus bas dans l’arène, s’affrontaient les lions.
M-Wolff

  • Vues1934
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. Larsenbac 6 ans Il y a

    Sur les marches du Parthénon, à Athènes, l’Ascension n’est pas plus éthérée, la crise générant aussi des bruits néfastes à la baignade des Muses…

    Il est grand temps que Zeus et Jupiter reprennent du service !

    Amitiés poétiques

    L@rs

    • Auteur
      M Wolff 6 ans Il y a

      On est bien souvent tributaire de son entourage. Les évènements néfastes
      qui sont susceptibles de nous altérer, contribuent à nous déstabiliser
      en profondeur, sans même quelquefois que nous en prenions vraiment conscience. Hier c’était un vendredi 13, les terroristes connaissent l’histoire
      des templiers et l’effet psychologique que cela engendre.

      Il y aurait dualité entre Zeus et Jupiter.

      Amitiés poétique.

      M-Wolff

©2022 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

pulvinar ut justo quis ipsum nec felis

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?