Sur le cou le cuir posé.

Les liens chairs à nu
Fesses rougies, afflue le sang
Et la cravache de coups caresse
Comme la larme sur la joue.

Les yeux bandés le corps étreint
Vous dans mon cœur tel l’éclair
Les chaînes aux pieds fer acéré
Comme une esclave abandonnée.

La peau tendue croisées les mains
Et sur le cou le cuir posé
Vos mots si forts dans la galerie
Soufflant le mal feignant le cri.

Et trébuchant le pas devant
Sur le prie-Dieu qui nous attend
Assise le froid pénètre l’âme
Vous espérez de moi l’aveu.

  • Vues1550
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire
  1. Jean 5 ans Il y a

    Bravo Zoé

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

diam consectetur eget accumsan Praesent tristique Donec sem, elementum

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?