Souris de chaque jour que te laisse Atropos

C omme un temps arrêté , un miroir implacable
A u long de ces couloirs où demeurent empilés
T ibias , cranes , fémurs en ordre impeccable
A vance visiteur , …ose te regarder
C i-git ta suffisance , reste l’humilité
O ù sont tous les orgueils , où sont les vanités ?
M urmure me parvient au silence arraché :
B rise tes chaines , tes liens avant de n’être qu’os
E t pensant au matin aux orbites vidées
S ouris de chaque jour que te laisse Atropos

  • Vues1359
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

elementum risus. dapibus Donec luctus ut quis consequat. libero et,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?