Sonnez à cette porte

Sonnez à cette porte et que le diable emporte

Mes rimes et mes vers que je porte à l’envers

Et qu’importent mes pas si toujours de travers

Je marche entre vos murs sans arme et sans escorte

Sortez des trous à rats rampez courez cloportes

Vers les sommets du verbe avant qu’un triste hiver

Fasse de vous la chose où copulent les vers

Qui se gaussent toujours de vos amours accortes

Et toi sombre poète attends que la nuit sorte

De son indépendance au bout de l’horizon

Entre le rouge sang et le bleu si profond

Attends n’espère pas elle ne sera forte

Que si ton feu primal traverse l’Achéron

Pour reprendre à Hadès la vie que le temps rompt

  • Vues1140
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

mattis libero id, vulputate, Lorem nec

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?