Sonneur

Des mortels dans cette boue sont vomis.
Composte d’hommes voués à l’infini.
Un monument pour les sacrifiés.
Un moment donné aux crucifiés.
Sur des cadavres enfin s’embrasser. (La paix)
Froides accolades loin d’un baiser.
Un enfant claironne pour tous ces morts.
Un petit souffle dans l’ancien fort. (Clairon)
Face à ce tapeur réveillant la peau. (Tambour)
Seul face au tambour et les oripeaux.
De ses onze années ose réveiller. (Morts en pleine gueule)
Un rêveur a quitté son oreiller.
Un son pour des pauvres libérateurs.
Il interprète chassant toutes ces peurs. (Renouveau)
La sonnerie aux morts dans l’ossuaire. (Rencontre)
Affublé du calot des militaires.
Dans la tête l’envie d’autres chansons.
N’être là que pour manger des bonbons.
Ce n’est qu’un au revoir mes perdus frères.
Des êtres sacrifiés pour qu’on soit pères. (La vie continue)
Tous ces éclatés devenus fragments.
Le temps devenu voleur de moments. (L’espace d’un temps)
N’envisager qu’une stupide guerre.
Un tas de dollars se fout de naguère.
Un clairon à Douaumont résonnait.
Un adulte en reste étonné. (Rétrospective)
Passent les ans plus vite que les mois.
Ce n’est qu’un bout de vie qui est à moi.

  • Vues1252
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

eleifend ut sem, id vulputate, Donec Aliquam

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?