Solitude

Il sentait l’hiver le temps de l’absence de la joie
Au fond de l’âme meurt l’intrépidité
Et soufflet le silence et le froid
En ce moment chaque seconde est une infinité
Vivre est ambiguïté, maniéré et déconcerté
L’univers est réduit à un bout de cristal
qui reflet le singleton infernal
Ainsi commence a la mémoire l’infirmité
Et pour seul compagnon tu n’as que ton siamois
Tu te demandes si t’as un moi
Alors, la surgit ton introspection
qui finit par t’ennuyer sans l’interaction
Et voilà dans la foule qui s’agite
Te marque ta solitude et vite
Peu à peu l’attractivité de l’âme soeur
t’écorche atrocement le coeur

  • Vues1503
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

tristique porta. dapibus nec quis ipsum consequat. ut

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?