SOLITUDE

SOLITUDE

Au fond de mon palais gris
Entre deux colonnes de marbres
Qui ne veulent plus rien dire

A la boutique de souvenirs
Ou seul le passé a des couleurs
Cette pancarte a la fenêtre, FERMÉ

Au coin des rues Angoisse et Tristesse
Nul trottoir pour y marcher
Un cocher absent, disparu
Deux chevaux morts dans leur merde
Des mouches , des vers
Et une pute, qui me tend un billet
Pour que je l’épargne de mes maux

Au parc de l’ennui
Marchant tête basse sur l’herbe tranchante
Mon cœur meurtri non loin
Près de l’arbre déraciné là-bas
Ou jadis poussaient des fruits

Au restaurant La belle époque
Sirotant le dernier cru de ma bile
Dévorant a grandes dents mes défaites
Payant l’addition de mes infidélités

Dans le train direction Désespoir
Entre deux wagons citernes d’essence
Une cigarette a la main
Savourant la fumée acide de mon âme

  • Vues1612
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

id Curabitur Lorem elementum eleifend justo ante.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?