SATIRE ECOLOGIQUE DU XXIe SIECLE

Satire écologique du XXIe siècle

Vers l”horizon mutant des destinées humaines,

Le carbone est partout;

Et la Terre, appauvrie, ouvre toutes ses veines

De pétrole à ces fous!

A force de brûler, il détruit la Nature,

Bousculant les climats.

L’apogée y culmine au milieu des sculptures

Du glacier qui s’en va…

Le jour d’un cataclysme, on reprend conscience

Du péril imminent.

Puis, on espère encore en l’obscure science

Des menteurs et manants:

Les grands conglomérats, ces holdings de pirates,

Engrangeant leurs profits,

Se foutent bien des sols imbibés de nitrates

Et leurs fruits déconfits!

Bisphénols, parabens, produits d’engrais chimiques

Font le lit du cancer

Où viendront se coucher les nouveaux allergiques

Reniflant de concert.

Nos enfants peuvent-ils hériter d’un cloaque?

Notre planète bleue

N’aura plus pour couleur que le gris d’une flaque

Pour quelques rats sans queues!

Vers l’horizon défunt des sociétés vaines,

La folie est partout,

Et la mer, polluée, en vomit par centaines,

Des plastiques d’égoûts!

Elle étouffe avec elle un tourbillon d’espèces,

Myriades de vies,

Dont la pêche intensive en millions ne cesse

De nourrir les envies.

Le monde, à reculons, renoue avec l’immonde

Et vil Léviathan;

Car l’horloge des Dieux, seconde après seconde,

Nous ramène au Néant.

Qui saura l’inverser? Le seul but est produire,

Les projets sont d’argent;

Quand la corruption gangrène pour construire

Les lobbys émergants!

« Sommet pour le climat »: étrange mascarade

D’hypocrites Etats;

Vos fumées continuent leurs hideuses parades

Malgré tous vos quotas!

Sous l’horizon souillé des cités du benzène,

Le pétrole est partout;

Son baril vaut de l’or, et la voiture est reine

Pour brûler tout son saoûl…

Continents surpeuplés, qu’une famine obsède,

Ayez crainte de ceux

Qui viendront exploiter vos arpents. Ils possèdent

La malice en leurs yeux:

« Semez donc l’OGM avec ces pesticides

Et vous décuplerez

Vos moissons enrichies par vos oeuvres lucides,

Et pour nos intêrets! »

Vers l’horizon peuplé d’outrances inhumaines,

La bétise est partout;

Et la Terre, endeuillée, ouvre toutes ses veines,

Tout son sang …pour ces fous!…

Septèmes, 14 octobre 2012

  • Vues2555
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ultricies sed vel, elit. eget dolor. lectus ut et, id, Curabitur

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account