Sans vous…

Sans vous…

Sans vous un soleil las sombre dans ce désert
Où mon coeur asservi aux froideurs de l’hiver
Quête inlassablement, dans une molle attente
Un songe langoureux sous la pâle tourmente.

Il me souvient d’un soir où la lune complice
Fût discrète témoin au lit de nos délices
La braise, le volcan, embrasaient notre couche
Des baisers passion empourpraient notre bouche…

L’extase de l’instant, sublime volupté
Portait à l’infini nos corps énamourés
L’océane fureur à la vague écumeuse
Inondait de plaisir notre lèvre fiévreuse!

Ô jeunesse déchue, Ô rêve chimérique
Un fol espoir s’éteint dans un ciel onirique
Au tréfonds de mon coeur enclin à la tristesse
La belle amour n’est plus, défunte est la tendresse.

“Un seul être vous manque et tout est dépeuplé” Lamartine

  • Vues1170
  • Aime0
  • Évaluations12345

6 Commentaires
  1. Larsenbac 4 ans Il y a

    Très joli Poème évocateur, belle écriture

    Sans Vous, c’est pas drôle…
    mais sans Toit, non plus ! 🙂

    Bienvenue,

    L@rs
    https://www.jepoeme.fr/profil/L%40rs%27b%40c/

  2. Entrelac 4 ans Il y a

    Bonjour Danièle

    Une plume que j’aime ….ce vous un peu désuet apporte un charme supplémentaire à ce poème ! Si vous ne l’aviez pas cité c’est la phrase par laquelle j’aurai répondu ” un seul être vous manque …….”

    Bel écrit ! merci

  3. Auteur
    danielle 4 ans Il y a

    Merci pour l’appréciation ponctué par ce petit brin d’humour
    amicalement

  4. Auteur
    danielle 4 ans Il y a

    Merci entrelac pour avoir noté le détail du “vous” ravie de revoir le site refleurir de pseudo de poètes qui ne me sont pas inconnus
    amicalement
    danielle

  5. Music Arts 4 ans Il y a

    N’est-ce pas que Ronsard avait bien raison ainsi que vous le rappelez dans votre poème.

    Voici le délicieux ” poème à Marie” de ce Cher Pierre:

    Sonnet à Marie

    Je vous envoie un bouquet que main
    Vient de trier de ces fleurs épanouies ;
    Qui ne les eût à ce vêpres cueillies,
    Chutes à terre elles fussent demain.

    Cela vous soit un exemple certain
    Que vos beautés, bien qu’elles soient fleuries,
    En peu de temps cherront, toutes flétries,
    Et, comme fleurs, périront tout soudain.

    Le temps s’en va, le temps s’en va, ma dame
    Las ! le temps, non, mais nous nous en allons,
    Et tôt serons étendus sous la lame ;

    Et des amours desquelles nous parlons,
    Quand serons morts, n’en sera plus nouvelle.
    Pour c’aimez-moi cependant qu’êtes belle.

  6. juliette 4 ans Il y a

    il est très bien mené ce poème, j’aime bien.

    Amicalement.

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

accumsan tempus eleifend dolor. ipsum neque. et, ut ut quis Nullam

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account