Saltimbanques

Les saltimbanques mêlent à l’aube leur chemin,
Accrochée à la roue d’ombres dégingandées,
Fils de lumière épars que de ses doigts gantés
La lune étire en voile comme de vieux chagrins.
J’entends leurs chants qui grincent dans le cœur des essieux,
Fantômes, sortilèges, rires, défis aux dieux
Que payent au matin ces chantres de la nuit
Lorsque le jour survient à l’heure de leur ennui.
Faible tribut pourtant,quelques regards perdus,
Aumône d’illusion faite aux enfants crédules,
Les horizons rendront pour chaque main tendue,
L’espoir des lendemains, les libres crépuscules.

  • Vues1525
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

felis non elementum risus. risus accumsan quis, sem, Curabitur Lorem ipsum tempus

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?