ROUGE CARMIN

ROUGE CARMIN

Reverrai-je l’éclat de ce rouge carmin
S’étalant dans les ombres, au-delà s’abandonne ?
Le frôlerai-je encore au détour de chemins,
Des chaleurs estivales à la brume d’Automne ?
J’arpente, inlassable, souvent jusqu’aux aurores,
Les bas-fonds sinueux appauvris de vertu
Où s’animent misère et commerce des corps,
Aux perrons s’exhibent d’indécentes statues.
La nuit pâlit déjà à l’orée des ruelles,
Soufflant enfin l’exil de ces âmes fétides.
Se livreront-elles ce soir à Whitechapel,
Au crépuscule errant sur les pavés humides.
Alors, simple bourreau des obscures pensées,
Au dédale exalté d’une vie sans lumière,
Les ténèbres agitées berceront le passé
Des femmes maculées d’une vie sans prière.
Et finir par creuser ces sillons imparfaits,
Sous les gorges criantes et serrées d’une main,
Libérer par l’acier les pudeurs étouffées,
Faire jaillir l’éclat de ce rouge carmin.

Jack

  • Vues2013
  • Aime2
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

felis libero. Phasellus risus. massa fringilla ut nec porta.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?