Rhume, ou Mot d’excuse invalide

J’ouvrais à peine un œil brumeux

Que je sentais comme de la ouate

Qui aurait envahi le creux

De ma cavité nasale droite.

Prise d’un pressentiment terrible,

J’ai bien tenté de respirer

Mais le jugement fut inflexible:

Incontestablement bouchée.

.

Encore à moitié dans les vapes,

L’esprit aux abonnés absent,

Je m’inventais toutes les étapes

De mon futur délabrement:

Je vis de rouges auréoles

Recouvrir mes joues et mon nez,

Le poids du vide sur mes épaules

-Une tête est très lourde à porter-

L’humidité omniprésente

Dégoulinant sur mes Kleenex

Et de la morve bien collante

Boucher la voie au Nasonex.

.

Comprenez que les circonstances

Ne m’avaient laissé que l’espoir

De pouvoir reprendre en avance

Le sommeil que j’aurait en retard,

Et que la moindre bienséance

De toute façon m’interdisait

De vous montrer ma déchéance

-J’ai préféré anticiper.-

.

C’est donc une jeune fille animée

Des meilleures intentions du monde

Qui s’est tournée sur le coté

Et rendormie dans la seconde

Les bronches beaucoup plus dégagées

-Je ne fis le lien qu’après coup-

A présent que son oreiller

Ne recouvrait plus que sa joue…

 

  • Vues1747
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire
  1. Daniel 5 ans Il y a

    Hummmm
    Le vécu d’un mauvais réveil qui nous rapelle les nôtres.
    Très bonne idée que de traiter ce sujet.
    Avec moult détails en plus!
    Je reviendrais le lire à la grippe prochaine…..
    Merci

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

efficitur. sem, ut ut non Curabitur elit. felis odio justo

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?