Réveil tactile

La chaleur se propage, et ma langue slalome,

Sur ce derme sucré, dans l’antre de ses cuisses.

Je lape en gastronome, ses lèvres. Je suis homme,

À honorer sa chair, notre union telle esquisse.

Le drapé ne recouvre, que chevilles et orteils.

Le va-et-vient scintille, dans le matin naissant.

Amour qui sue et claque, orgasmique réveil.

Les doux pores s’émoustillent, aux septième rugissants.

  • Vues1857
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. Youseii 5 ans Il y a

    très joliment émoustillant

    merci et bravo

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

libero. nec elementum quis, sit suscipit porta. elit. commodo

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?