Réveil tactile

La chaleur se propage, et ma langue slalome,

Sur ce derme sucré, dans l’antre de ses cuisses.

Je lape en gastronome, ses lèvres. Je suis homme,

À honorer sa chair, notre union telle esquisse.

Le drapé ne recouvre, que chevilles et orteils.

Le va-et-vient scintille, dans le matin naissant.

Amour qui sue et claque, orgasmique réveil.

Les doux pores s’émoustillent, aux septième rugissants.

  • Vues1946
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

neque. ipsum Phasellus justo leo ut

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?