renaissance

Un modeste poète voulant manier la plume
n’était pas à la fête,cela depuis des lunes.
Pas une seule inspiration,une idée, une image,
sa cervelle bouillait,un trou noir ,le naufrage .

Peu à peu déprimait,jeûnait ,s’ennuyait
plus de goût ,plus d’envie , doutait même de la vie,
au point final ,il pensait mais le faire ça jamais
ce n’est pas ça la vie, un problème! on s’enfuit.

Il reprit du courage,sortit , parcs et forêts
regarda la nature, les nuages ,les oiseaux,
le vent dans les feuillages, les ruisseaux .
Quand!il resta coi… assise sur un banc ,une fée.

Impossible miracle, improbable hasard
elle était là pourtant!,ensoleillée, nappée
dans un rai de lumière qui montrait sa beauté,
tel un bijou ou une perle rare.

Resta longtemps , la contemplant
sans un mot ,un geste pour ne pas l’effrayer
regardant jusqu’à ce qu’elle soit effacée
par la lente noirceur de la nuit tombant

Le cœur plus léger, se remit à la plume
les syllabes,les rimes et les mots
volaient,virevoltaient en allégro
finit la lourdeur d’une enclume.

écrivit, composât des proses, alexandrins
comme une rivière en crue,un torrent
pensant,imaginant,rêvant
sans retenue,il n’avait pas de frein.

il retourna dans ce parc,regardant chaque coin
vers ce banc,soupirant,se languissant
de sa lumière,sa beauté ,son halo exaltant
qui jamais ne revint.

Pour sortir de l’obscurité d’un trou profond et noir
une personne ,visible,invisible ,connue ,inconnue sera
par un geste ,une phrase, une aura
te donner de l’envie ,un élan, un départ.

  • Vues2087
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

odio ut amet, tristique quis, nunc non

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?