Redondance crispante

Six du mate,sonorité criarde qui le hâte

Une ombre le salue, tête baissée ne répond ape

Expédition du convoi express

Serré dans dans son stress code, comme la corde laisse

Charivari silencieux, où les néophytes se montent doucereux

L’ouï anesthésiée, ils omettrons comme eux

comme eux comme eux

comme eux comme eux…

Les lèvres de la bouche enfin s’écartent

Exhale son haleine putride jaunâtre

Dans le labyrinthe, salon du pouilleux

Le dépit tendu sur deux :” un shilling pour être heureux ! ”

Pas qui percutent, échappement qui fredonne

Mauvais accord de flûte, quatuor aux plaquettes mornes

Les geôliers en uniforme devant les portes

Le délivrent enfin de la fanfare aux fausses notes

L’automate cafetier auditeur témoin

De vaines sempiternelles rengaines

Qui s’amassent, comme des feuilles sans chêne

Ses songes se dessèchent sans fin

Chronos sonne le glas, fin la guerre

Seuls ceux qui partent sont des soldats à terre

Masque cassé, aucune étreinte sans victoire

Le récit, inanité, ne mérite pas un regard

  • Vues1919
  • Aime1
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

pulvinar lectus mi, at et, sit luctus

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?