Quand tu m’auras blessée

Lorsque l’amour, parfois, est souffrance.

Quand tu m’auras blessée, mon âme, dans sa prison
Funeste rejoindra ses amants diaboliques :
Le peuple de l’Enfer au royaume des Démons,
Et, dans leurs bras glacés, sur leur bouche lubrique,

Je m’abandonnerai à leurs étreintes obscènes ;
Lors d’une bacchanale, j’épouserai, lascive,
L’ennui sur sa couche, voluptueux hymen,
Dans le gouffre béant de la passion captive.

Quand tu m’auras blessée, j’offrirai ma douleur
L’obole convoitée de la Tristesse folle,
Les débris déchirés, palpitants de mon coeur
Aux succubes ravies de mon âme qu’on immole.

Quand tu m’auras blessée, je serai la souffrance,
Déesse du Tourment, règne des noirs desseins,
Je me délecterai de ce monde d’errance,
Car tu seras l’auteur de ce sombre destin.

Car tu seras l’auteur de ce sombre destin.

  • Vues1150
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

tempus libero. nunc pulvinar ultricies libero diam ut luctus id sit Lorem

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?