Quand les femmes sont seules

Quand les femmes sont seules
Elle a tout éludé ce qui peut la gêner,
Elle a bâti sa petite vie d’habitude,
Se croit exempte de toute servitude,
Mais sans bruit le destin a su tout contrarier !

Elle qui courait partout a dû composer,
Se rendre compte enfin de sa solitude,
A vu s’insinuer sa décrépitude,
L’enfant, de la route tracée s’éloigner.

Alors elle m’écrit, en criant au secours !
Me hurle que je suis son tout dernier recours,
Moi qui de la douleur connait la constance…

Mais je n’en peux mais, nos vies en parallèle,
De se rencontrer n’auront jamais la chance,
De se réunir sous la fleur d’asphodèle

Boulogne
Aigueperse le 02/01/2016

  • Vues1675
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires
  1. Curare 4 ans Il y a

    On sent le vécut –
    Mais pour la prosodie
    il vous faut progresser
    Ainsi sont les femmes d’aujourd’hui
    plus d’entrave
    Elles ne veulent
    Au détriment de la solitude
    On s’y habitue
    ou
    on craque !

    Belle lecture cependant –
    Belle soirée –

    • Auteur
      Boulogne 4 ans Il y a

      Bonsoir Curare !

      Merci de m’avoir lu, et d’avoir ressenti l’idée qui est tenté d’être exprimé dans ce sonnet
      Cependant comme plusieurs personnes qui m’ont écrit et l’ont fait , je m’étonne de lire que la prosodie de mes écrit est perfectible, pour la bonne raison que personne ne veuille avancer des arguments pour le prouver, cela éclairerait drôlement ma lanterne !

      Bonne nuit, à plus

      Cordialement

      Boulogne ( Hubert )

  2. Auteur
    Boulogne 4 ans Il y a

    En relisant mon brouillon, je constate que que le mot ” elle ” n’a pas lieu d’être au troisième alexandrin !

    Pardon, je ne sais pas comment on peur corriger un texte sur le site !

  3. Curare 4 ans Il y a

    je vais vous aider –
    Comme on m’a aidé dans le passé –

    Elle/ a/ tout/ é/lu/dé /ce /qui/peut /la/ gê/ner,/ 12
    Elle/ a /bâ/ti/ sa/ pe/ti/te/ vie/ d’ha/bi/tu/de, (mais la césure n’est pas jolie) – 6/6 c’est bien – de plus on prononce vieu après 1 consonne- ce qui ferait 13 – mais bon 🙂

    Se/ croit/ ex/em/pte/ de/ tou/te /ser/vi/tude,/ 11
    Mais sans bruit le destin / a su tout contrarier ! 12

    El/le /qui /cou/rait/ par/tout /a /dû /com/po/ser,/12
    Se /ren/dre/ compte /en/fin /de /sa /so/li/tude,/11
    A vu s’insinuer /sa/dé/cré/pi/tude, 11
    L’enfant, de la route / tracée s’éloigner. 11

    etc .. après une fin de quatrain en rime masculine
    il vous faut engager le tercet en rime féminine

    Alors elle m’écrit, /en criant au secours !/ 12
    Me hurle que je suis / son tout dernier recours,12
    Moi qui de la douleur /connait la constance… 11

    Mais je n’en peux mais, /nos vies en parallèle, 12
    De se rencontrer n’auront jamais la chance, 11
    De se réunir sous la fleur d’asphodèle 11

    Reprenez le – et il y a plein de liens qui explique la prosodie du sonnet – si on aime cette forme comme je l’aime – il faut beaucoup s’entraîner –

    A bientôt –
    C-

  4. Auteur
    Boulogne 4 ans Il y a

    Bonsoir Curare !

    Merci de votre aide, quelques ennuis de santé m’ont mis encore provisoirement hors circuit !

    Je vais étudier votre réponse, je vous remercie de m’avoir consacré du temps, je vous recontacterais mais je ne peux vous dire quand !

    Cordialement

    Boulogne

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

consequat. elementum pulvinar efficitur. risus nunc

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account