Prose pour le plaisir d’écrire IV

Il y a des choses…
Que la mémoire n’oublie pas.
Mais au-delà des frontières du silence,
Le passé est une langue morte,
Et les souvenirs,
Sont pareils à de vieilles cartes postales poussiéreuses,
En provenance des faubourgs,
D’une contrée lointaine.

Sous le ciel ombrageux de la solitude…
Une lueur s’est élevée…
Eclairant les sentiers étroits de nos transhumances.
Dans ces labyrinthes souvent obscurs,
Où les rires sont les échos insoutenables de l’innocence perdue,
Les regrets sont les condamnées à perpétués de l’âme.

Derrière des maux couleur nuit,
Mon esprit las…s’abandonne,
Et laisse s’en aller mes conquêtes,
Gravés sur les enceintes de mes châteaux de sables.

Je regarde le monde en déliquescence,
Et bien que conscient de sa fin prochaine,
Je ne peux me résoudre à le perdre.
Mais tout commence, vie et se meurt…tôt ou tard…
L’éternité est un leurre,
Pour celui qui refuse de vivre sans lendemain.

Les mois et les années s’égrènent;
Et les chapitres de nos existences,
S’écriront sans fin…sur les pages du temps.
En attendant, je suis là…
Pour le meilleur et pour le pire.
Et si dans ma mémoire,
Dansent des ombres…
C’est qu’il est minuit,
Dans mon cœur.

  • Vues1898
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. rymailleur 6 ans Il y a

    Réfléchir à la vie
    Vivre
    Et puis mourir
    Tel est notre destin…
    Amicalement EKLEKTIK
    Rym…

  2. Auteur
    EKLEKTIK 6 ans Il y a

    Bonjour Rym, merci pour ton message. Il est vrai que je me pose beaucoup de question sur la vie et le devenir des choses. Et plus je trouve des réponses et plus les questions deviennent légions. Y a de quoi devenir dingue, y a de quoi prendre un flingue dixit Serge Gainsbourg. Ainsi va le monde et la magie de l’existence.

    Amicalement,
    Dieg

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

odio diam vel, Donec sem, Aliquam

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?