Poésie

Comme si c’était hier encore
J’entends ma plume crissée
Se vidant de son sang mon encrier lui agonise
Tandis que mes mots imprègnent de vie la feuille de papier
Sur le chemin , je cueille des fleurs des champs
Ramasse quelques cris et rires d’enfants
Pour donner a l’écrit un zeste de fantaisie
J’enlève un peu de gris et ajoute des couleurs
Atténuant la tristesse, offrant un pastel de bonheur
Il en faudra de l’esprit et des mots bien choisis
Pour que toute ces lettres, voyelles et consonnes
Qui dans ma tête dansent la farandole
S’alignent sagement et si elles y consentent
S’adonnent aux jeux des rimes
J’ai perdu tant d’amis au détour d’une ligne
Pourtant de tout temps je ne fut indigne
Sans savoir pourquoi? Peut être un instant d’égarement
Ou l’homme devient un animal errant
Mais je tiens dans ma main
Dans ce jour qui parait sans lendemain
Celle fidèle de la plus Belle des amie
Elle s’appelle Poésie

Phildor 05/03/2016 P

  • Vues2122
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

tristique quis, quis odio venenatis nec Sed

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?