Personnes disparues

Ses pas résonnaient dans la rue
Sous le soleil sous la pluie drue
Il chantait d’une voix criarde
Une vieille chanson paillarde
Je l’observais par la fenêtre
Il ressemblait à mon ancêtre
Dont on avait fait un tableau
Sa rondeur et ses yeux mi-clos
Donnait un aspect débonnaire
A l’homme à la face lunaire

Une dame aux muscles raidis
Traînant avec elle un caddie
S’en allait régulièrement
Et toujours au même moment
S’approvisionner au marché
Elle avait souvent l’air fâché
Quand nous échangions nos regards
Dans le grand parc près de la gare
Je n’ai jamais compris pourquoi
La dame en avait après moi

Une fille portant un chouchou
Dans ses cheveux ayant l’air chou
Répandait une joie de vivre
Losqu’elle s’achetait des livres
Chez le libraire de la place
Elle plaçait devant la glace
Une œuvre qu’elle avait choisie
En criant voila mon sosie
Je suis ce bouquin passionnant
Dans lequel je nais maintenant

Un petit vieux tout ratatiné
Mais au regard illuminé
Par la joie que lui procurait
Un chant s’élevant d’un cyprès
Quand une nichée gazouillait
De bonheur dans un nid douillet
Ensoleillait bien des humeurs
Et colorait la dernière heure
De ce vaillant nonagénaire
Il romançait l’imaginaire

Ces personnes ont disparus
Les lieux qu’elles ont parcourus
L’impression qu’elles ont laissée
Les mots qu’elles ont prononcés
Ont tous été marqués au sceau
D’une multitude de morceaux
Que ces esprits ont composés
Lorsque leurs pieds se sont posés
Sur la terre d’une souffrance
Sur le sol d’une jouissance

  • Vues1618
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ut quis efficitur. Nullam at venenatis venenatis, id elit. in ut

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?