Pachyderme.

Des marches assurées dans la brousse.

Chemins dans la tête, pas la frousse.

Le pachyderme va d’un lourd pas.

D’un coup d’ivoire peut donner le trépas.

Savane des éléphants tôt volés.

Un petit du troupeau c’est éloigné.

Dévoré par la vie, par des baltringues.

Une mère sans frousse devenue dingue.

On broute cette Afrique devenue champs.

Dans la tête la trace des méchants.

Force tranquille qui n’est bientôt plus.

Regards sur l’herbe ou il n’a pas plu.

Pas considéré le braconnier.

Loin de toi à prendre ce manquant blé.

Les blés loin mais restent tes défenses.

Des barbares te tuent, toi et l’enfance.

Dans mon pays, Babar est plus qu’un roi.

L’être s’en va, semant mon désarroi.

  • Vues1516
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

dapibus mi, Sed commodo non ante. libero ultricies mattis at consequat. diam

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?