Oser le Sorcier…

Source ? Lier ?
Or…
l’Eternité…

Des Profondeurs et de tous les “Noirs”,

Là où tu imagines peut-être peu l’espoir,

Tu oublies pourtant que Lumière,

N’existe qu’à travers ce qu’elle éclaire…

La poésie est dangereuse ?

Fol crétin,

Elle n’est que combustible,

Pour les Destins…

Rien de plus…

Le Sort en est jeté…

Les maux sont lâchés…

Le Feu les lie…

Les mots se lisent…

Enfin…

Ô Vent Noir
Mauvais…
Pur ou
Divin…

Qu’importe…

Le vent est né
Des Fols Destins…

L’ancêtre jettes un coup d’œil serein
Le rejeton de la Loi qui se fait la main…
L’Art est précieux subtil dangereux…
Pour qui confond vie et maux “preux”…

Du Feu tu cherches pourtant la cendre …
Inévitable result de la lumière tendre….
Si de la braise tu fais un drapeau,
Ton égo stupide fera de toi l’idiot…

Le feu s’entretient peu avec la peur
Chevauche Destin Ose ou Meurs…

Puisque pour oser il faudra mourir
Vivre ne se fait qu’à partir du soupir
Le serpent n’est que leurre pour “stupides”
Le Loup « s’imagine » donc émergeant du pire

Ô Meute Ô funeste Destin
Cherches ici au sein de l’humain
Le Corbeau Juge Noir de toutes nos pensées
Guide suprême pour qui ose l’apprécier

Car des regrets je ne garde que l’image
Source du progrès inévitable pour le Sage
Des Fols crétins au « pouvoir » peu serein
De ceux qui du « Moi » ont fait funestes destins…

Le “Secret” à bien été préservé
Il dort tranquille couve leurs regrets…
Pouvoir du Noir… ?
Qu’est-il autre qu’Espoir ?

La Lumière suit le Chemin
Fait de ta bougie l’enfin Destin
De l’étincelle tu feras le Feu…
Si tu es à même de t’ouvrir aux Dieux…

Ton égo juste le moteur
Du désir secret, de tes peurs
La voix des ancêtres n’est pas au lointain,
Tu la vois vermeille si tu coupes ton sein

Le globule qu’est-il d’autre que la Foi ?
En la lignée de tous tes anciens Rois ?

La source
le sourcier
le sorcier
la source

La voie
les voix
le Roi
…Toi…

La Reine… ?
La Peine…
Le Droit… ?
La Foi… !

Unique supplique;
Foi… En Toi…

Ma Voie…
Mon Amour…
Du Toujours…
S’est fait jour…

En “parcours”…
Et “au Jour” …

Le désir du paraître ?
Le serpent qui veut naitre…

Et la Vie la cendre
La braise et le Feu
S’entretiennent souvent
Aussi par les vœux

Il suffit de quelques mots,
en Art bien torché
Pour faire de tes maux,
une Source de bienfaits

Le Noir fait peur ?
Ouvre les yeux…
Comme ceux de la nuit
étincelles les Cieux

L’étoile…
autant que verse peu
Torche éternelle
du chemin des preux…

Le Divin,
Le Devin,
Qui devient
Sacré
et Destin…

Pour qui sait voir et aimer
L’illusion sèche n’est que regret
Pour qui sait voir et aimer
Du chemin des Dames source d’unité…

Au sorcier,
À la source,
Reçoit enfin salut
De la Grande Ourse…

Du ciel étoilé…
Enfin soit…
Et du regret… ?
Ose… crois..

A défaut d’exister…
Tu t’ouvriras aux Lois…

Supplique finale

A l’infini
Aux étoiles…

“Je ne suis qu’instrument
des divines ardeurs du mérite…

Du Noir
Un étendard
De la Lumière
Un Fol Espoir…”

A la Source…:
Reçois mon allégeance…

De ma bouche…
Une promesse alléchante…

  • Vues1505
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ut Aliquam eleifend Sed eget at commodo

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?