Orgie

Allongé sur la paille chaude
Mon corps s’est emmêlé,
Les yeux se sont recroquevillés
Dans les parfums des odes.

Les mains attrapent les poignets acérés
Une larme coule sur ta poitrine,
Mes doigts fessent mes tétons voilés,
Avec une douceur venue coquine.

Qui me prends? Qui m’a pris?
Ombre dans mon cœur meurtri
Les va-et-vient cheminent mes fesses,
Les deux orphelines, elles me caressent.

De haut en bas, les lèvres sont accrochées
Une prière souffle un goût amer,
Une sucette au parfum de peau mouillée
Les ombres embrassent cette chair.

En levrette, mes vertèbres moutonnent un mouton,
Les cravaches fouettent mon dos,
Une douleur s’exclame à travers mes maux,
Où mon cœur emprisonne ces délicieux tons.

Accroupi comme une poupée  de porcelaine
Les paumes font bouger ma tête,
Entre les bassins, pour que je puisse mettre
Une langue assoiffée de cette tendre peine.

Comme Andromaque, des cris jouissent
Les jets arrosent le ciel,
Où je me sens transpercé par les ailes
Des anges venus entre mes cuisses.

  • Vues1992
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire
  1. EnvoleMoi 5 ans Il y a

    ben oui pas de coms

    c’est du HARD!!!lol

    EM

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

tristique dictum venenatis eleifend Aenean commodo quis,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?