On fera un festin des miettes

 

Par notre passion d’ouverture,

Leur acharnement d’étroiture

On s’est saigné pour survivre

Oublié,

Sur la toile blanche

De l’arachnoïde

Ficelé par l’habitude

Par l’amertume

De rêves évaporés

 

On a rongé les os

Sucé longtemps la moelle

Figé des images dans le temps

Pour se substituer à la famine,

Mais la famine est vorace

Et se faufile aux tripes

Pour aspirer

Ce qui reste de courage

 

En oubliant elle aussi

Que nous sommes coriaces

Que nos peaux de tambour

Ont un cuir émouvant

Qui inspire à la guerre

Qui rappelle au serment

 

Et qui par la lumière

Ressuscite

Nos ombres de géants

 

  • Vues1273
  • Aime0
  • Évaluations12345

3 Commentaires
  1. Larsenbac 4 ans Il y a

    Une rage de vivre, quelque part ?
    L’impression que la fin est un recommencement, malgré la taille des strophes qui diminue, comme peau de chagrin…
    Mais non, comme peau de tambour pour éveiller les consciences !

    C’est quelque chose comme ça ?

  2. Auteur
    Kashinas Laborgne 4 ans Il y a

    Si si parapapampam!

  3. savonnette 4 ans Il y a

    Très belle.

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

at ut mattis Aenean sit suscipit id tristique elit. eleifend vel, tempus

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?