Saint-Valentin Amazon

ON a oublié, de dormir

Entre moi et Sabrine !

L’histoire est longue !

Comme une prose insensée !

Depuis, l’âge de l’adolescence !

Progressivement !

Elle est écrite dans mon cerveau,

Heureusement !

Elle est encore inachevée !

Mon amitié à l’égard de Sabrine !

À ma connaissance ?

Pendant toutes ces années passées,

Jamais, n’a été perturbée !

Est c’est là, toute la félicité !

Sabrine, , souvent, prétend ?

Je ne suis pas romantique,

Et j’ai un manque de clarté ?

Et ma vision est classique

Et parfois  bafouée ?

Paradoxalement !

Lorsque je parle avec elle, amour ?

Tout de suite, elle change de sujet ?

Elle m’avait dit un jour :

Il est inutile d’insister ?

Avant d’ajouter :

Sous la pression conjuguée

De notre patience et l’ensemble

De nos souhaits !

La chance éventuellement,

Va un jour céder !

Dans la vie de tous les jours !

me dit-elle :

Lorsque, La gratitude  est mutuelle

Elle n’est pas un élément orné

Pour plaire aux yeux?

Mais c’est une noble attitude !

Que je préfère !

J’espère, qu’elle finira  un jour

De nous donner.

Les fruits de l’amour à volonté.

Autrement dit ! Notre rêve le plus cher!

qu’on a tant espéré.

Et depuis ! Tant de nuit, tant de jour !

Nous avons, tant attendu,

Ce jour

En fin, voici venu,

Notre premier

Rendez-vous d’amour !

Toute cette nuit !

Le plaisir de l’imprévu,

Nous a réjouis !

La chance semble,

Nous  sourire !

Nos cœurs se donnent à la joie !

Libre cours !

On est très bien accueilli,

Par L’euphorie !

Oh ! Que

C’est beau L’amour !

Cette nuit !

Le bonheur est parmi-nous !

Perdu !

Entre la douceur et les joues,

De Sabrine

Et sa peau de velours !

La tendresse   !

Constamment, avec beaucoup,

Intimité nous prodigue !

Un sentiment étrange !

Qui à l’infini, il nous intrigue !

Un vif désir ! Nous pousse à réagir !

Le bonheur sait, que nous

Ne sommes pas pressés,

De le voir partir,

Et que ses rares moments

Sont très courts !

Alors ! Avec tout le respect!

Notre bonheur a observé !

Que, sous sa joie on croule

Et nos larmes, parfois !

De nos yeux coulent !

Il n’a jamais pressé,

la cadence !

Au contraire ! À volonté,

Et en permanence,

Il nous a laissé, la chance

De bien savourer !

Son plaisir, avec amour !

Sabrine elle est rieuse de nature !

Tête à tête !

On se parlait de tout,

En basse voix,

Parfois en sourdine,

Quand je caressais sa silhouette !

Elle riait aux  larmes,

Mon âme et mon esprit,

Encore et encore, cette manœuvre

On, me la  réclame !

Nous avions peur, de l’amour

Nous n’avons pas l’habitude,

Je ne savais plus quoi dire ?

Manipulé, par l’aptitude!

De Sabrine !

Mon cœur est devenu crédule !

Dans ma tête !

J’avais la certitude !

Qu’on va s’aimer pour toujours.

Les caresses et les câlins !

Entre nous

Ils sont devenus des gestes

Rituels et docile.

La senteur de son parfum !

À tous n’est pas perceptible !

De temps en temps ! Cette senteur !

Me donne, une impression confuse !

Avec ardeur, je la respire

Ça ne serre à rien,  son analyse.

Le sortilège de ses beaux yeux !

Toute la nuit, a pu s’échapper ?

À toute la logique, de chacune,

De mes idées !

n’est pas facile de l’interpréter ?

quand la magie règne sur la  beauté!

que peut-t-on commenter, ou traduire ?

Les fleurs de son jardin secret !

Embellirent, en douceur,

L’éclat,  immaculé, de son sourire !

Une subtile senteur du jasmin !

S’est frayé un chemin,

À travers sa beauté !

Sous la brise de cette nuit  d’été!

A regagnée mon cœur !

Et chaque coin, de mon intérieur !

En toute liberté,

Et en toute franchise ?

Les mots bleus,

Que nous avons échangés !

Toute la nuit

Sans arrêt, nous nous soûles

Tout était beau et joli !

Comblés !

Par la joie de vivre !

Nos sentiments sont exaltés !

Nous avons constaté,

Que les beaux jours, sont

À genou, devant nous !

Mais,

Quel plaisir !

On se croit au paradis !

Chacun parmi-nous !

Avec ses dix doigts, a signé !

Le pacte de l’amour !

La dance nous fait sourire,

L’amour avec souplesse,

Nous guide sans détour,

Autour de nous,

Tout se fleuris,

L’harmonie !

Nous couvre ! Contre

Tout imprévu, et

Les mauvaises, surprise !

Le diable se boude ?

Quand la vie devienne paisible.

Pendant que le bonheur

Il nous réjouissait !

Tout au cours,  de la soirée ?

Aucun, parmi-nous,

N’a regardé la pendule

Accrochée au mur !

Apparemment !

Tout semble s’arrêter !

Nous étions convaincus !

Que le temps a bien compris !

Que cette nuit, est notre nuit,

Et nos esprits sont pour !

Notre passion romantique !

Va se poursuivre.

Et tant pis, Pour la société !

Si on va gonfler, à notre tour,

Les rangs !

Des insomniaques chroniques

Dus à l’exaltation de l’amour.

Mais quand l’aube  parut ?

Nous avons aperçu ? Que

Le temps, nous a trahit ?

Quand il a repris, son cours.

Stupéfiés, par notre délire !

Les yeux dans les yeux !

On se regardé,

Puis, nous avons éclaté de rire !

Une nouvelle vie

Pour nous, va commencer !

Si, Dieu le veut !

Il aura encore, d’autres nuits

Et d’autre jour,

Le temps de la fête de l’amour !

N’est pas encore fini !

L’âme et l’esprit auront

Le temps, de s’enrichir !

Rien que respirer, notre amour.

Le monde ! Devient un autre monde !

Lorsque moi et Sabrine !

On se trouve ensemble

Dans la folie de l’amour !

Pour un oui, pour un non ?

Et pour rien du tout ?

On s’éclate de rire,

Comme deux fous !

On ne cherche guère

À comprendre ?

Ni comment  réagir.

Toute les heures

de cette soirée l !

Nos cœurs étaient

noyés, dans l’amour!

Nous étions immergés !

Dans un océan d’affections !

Agité, par la vie affective !

À propos de cette nuit !

On  n’a pas eu,

Le temps de réfléchir !

Non !

Il ne s’agit pas d’une illusion !

Nous avons, bel et bien,

Oublié, de dormir !

La vie humaine est éphémère,

El le bonheur absolu, est  chimère,

Tôt ou tard, mon amour Sabrine !

Toi et moi, on va vieillir !

Notre immense  joie de vivre,

De cette nuit !

J’espère qu’elle restera,

Un beau souvenir !

Comme le paysage antique !

Du quartier pittoresque

de la vielle ville.

J’espère  aussi,

ma chère Sabrine

Que le destin de la vie !

Conservera

Les vestiges de ta beauté !

Afin de préserver,

Notre amour de la ruine.

Monsieur, Krit (mohaga)

  • Vues976
  • Évaluations12345
0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

felis efficitur. vulputate, mattis dolor. dictum elit. Nullam id,

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account