ON a oublié, de dormir

Entre moi et Sabrine !

L’histoire est longue !

Comme une prose insensée !

Depuis, l’âge de l’adolescence !

Progressivement !

Elle est écrite dans mon cerveau,

Heureusement !

Elle est encore inachevée !

Mon amitié à l’égard de Sabrine !

À ma connaissance ?

Pendant toutes ces années passées,

Jamais, n’a été perturbée !

Est c’est là, toute la félicité !

Sabrine, , souvent, prétend ?

Je ne suis pas romantique,

Et j’ai un manque de clarté ?

Et ma vision est classique

Et parfois  bafouée ?

Paradoxalement !

Lorsque je parle avec elle, amour ?

Tout de suite, elle change de sujet ?

Elle m’avait dit un jour :

Il est inutile d’insister ?

Avant d’ajouter :

Sous la pression conjuguée

De notre patience et l’ensemble

De nos souhaits !

La chance éventuellement,

Va un jour céder !

Dans la vie de tous les jours !

me dit-elle :

Lorsque, La gratitude  est mutuelle

Elle n’est pas un élément orné

Pour plaire aux yeux?

Mais c’est une noble attitude !

Que je préfère !

J’espère, qu’elle finira  un jour

De nous donner.

Les fruits de l’amour à volonté.

Autrement dit ! Notre rêve le plus cher!

qu’on a tant espéré.

Et depuis ! Tant de nuit, tant de jour !

Nous avons, tant attendu,

Ce jour

En fin, voici venu,

Notre premier

Rendez-vous d’amour !

Toute cette nuit !

Le plaisir de l’imprévu,

Nous a réjouis !

La chance semble,

Nous  sourire !

Nos cœurs se donnent à la joie !

Libre cours !

On est très bien accueilli,

Par L’euphorie !

Oh ! Que

C’est beau L’amour !

Cette nuit !

Le bonheur est parmi-nous !

Perdu !

Entre la douceur et les joues,

De Sabrine

Et sa peau de velours !

La tendresse   !

Constamment, avec beaucoup,

Intimité nous prodigue !

Un sentiment étrange !

Qui à l’infini, il nous intrigue !

Un vif désir ! Nous pousse à réagir !

Le bonheur sait, que nous

Ne sommes pas pressés,

De le voir partir,

Et que ses rares moments

Sont très courts !

Alors ! Avec tout le respect!

Notre bonheur a observé !

Que, sous sa joie on croule

Et nos larmes, parfois !

De nos yeux coulent !

Il n’a jamais pressé,

la cadence !

Au contraire ! À volonté,

Et en permanence,

Il nous a laissé, la chance

De bien savourer !

Son plaisir, avec amour !

Sabrine elle est rieuse de nature !

Tête à tête !

On se parlait de tout,

En basse voix,

Parfois en sourdine,

Quand je caressais sa silhouette !

Elle riait aux  larmes,

Mon âme et mon esprit,

Encore et encore, cette manœuvre

On, me la  réclame !

Nous avions peur, de l’amour

Nous n’avons pas l’habitude,

Je ne savais plus quoi dire ?

Manipulé, par l’aptitude!

De Sabrine !

Mon cœur est devenu crédule !

Dans ma tête !

J’avais la certitude !

Qu’on va s’aimer pour toujours.

Les caresses et les câlins !

Entre nous

Ils sont devenus des gestes

Rituels et docile.

La senteur de son parfum !

À tous n’est pas perceptible !

De temps en temps ! Cette senteur !

Me donne, une impression confuse !

Avec ardeur, je la respire

Ça ne serre à rien,  son analyse.

Le sortilège de ses beaux yeux !

Toute la nuit, a pu s’échapper ?

À toute la logique, de chacune,

De mes idées !

n’est pas facile de l’interpréter ?

quand la magie règne sur la  beauté!

que peut-t-on commenter, ou traduire ?

Les fleurs de son jardin secret !

Embellirent, en douceur,

L’éclat,  immaculé, de son sourire !

Une subtile senteur du jasmin !

S’est frayé un chemin,

À travers sa beauté !

Sous la brise de cette nuit  d’été!

A regagnée mon cœur !

Et chaque coin, de mon intérieur !

En toute liberté,

Et en toute franchise ?

Les mots bleus,

Que nous avons échangés !

Toute la nuit

Sans arrêt, nous nous soûles

Tout était beau et joli !

Comblés !

Par la joie de vivre !

Nos sentiments sont exaltés !

Nous avons constaté,

Que les beaux jours, sont

À genou, devant nous !

Mais,

Quel plaisir !

On se croit au paradis !

Chacun parmi-nous !

Avec ses dix doigts, a signé !

Le pacte de l’amour !

La dance nous fait sourire,

L’amour avec souplesse,

Nous guide sans détour,

Autour de nous,

Tout se fleuris,

L’harmonie !

Nous couvre ! Contre

Tout imprévu, et

Les mauvaises, surprise !

Le diable se boude ?

Quand la vie devienne paisible.

Pendant que le bonheur

Il nous réjouissait !

Tout au cours,  de la soirée ?

Aucun, parmi-nous,

N’a regardé la pendule

Accrochée au mur !

Apparemment !

Tout semble s’arrêter !

Nous étions convaincus !

Que le temps a bien compris !

Que cette nuit, est notre nuit,

Et nos esprits sont pour !

Notre passion romantique !

Va se poursuivre.

Et tant pis, Pour la société !

Si on va gonfler, à notre tour,

Les rangs !

Des insomniaques chroniques

Dus à l’exaltation de l’amour.

Mais quand l’aube  parut ?

Nous avons aperçu ? Que

Le temps, nous a trahit ?

Quand il a repris, son cours.

Stupéfiés, par notre délire !

Les yeux dans les yeux !

On se regardé,

Puis, nous avons éclaté de rire !

Une nouvelle vie

Pour nous, va commencer !

Si, Dieu le veut !

Il aura encore, d’autres nuits

Et d’autre jour,

Le temps de la fête de l’amour !

N’est pas encore fini !

L’âme et l’esprit auront

Le temps, de s’enrichir !

Rien que respirer, notre amour.

Le monde ! Devient un autre monde !

Lorsque moi et Sabrine !

On se trouve ensemble

Dans la folie de l’amour !

Pour un oui, pour un non ?

Et pour rien du tout ?

On s’éclate de rire,

Comme deux fous !

On ne cherche guère

À comprendre ?

Ni comment  réagir.

Toute les heures

de cette soirée l !

Nos cœurs étaient

noyés, dans l’amour!

Nous étions immergés !

Dans un océan d’affections !

Agité, par la vie affective !

À propos de cette nuit !

On  n’a pas eu,

Le temps de réfléchir !

Non !

Il ne s’agit pas d’une illusion !

Nous avons, bel et bien,

Oublié, de dormir !

La vie humaine est éphémère,

El le bonheur absolu, est  chimère,

Tôt ou tard, mon amour Sabrine !

Toi et moi, on va vieillir !

Notre immense  joie de vivre,

De cette nuit !

J’espère qu’elle restera,

Un beau souvenir !

Comme le paysage antique !

Du quartier pittoresque

de la vielle ville.

J’espère  aussi,

ma chère Sabrine

Que le destin de la vie !

Conservera

Les vestiges de ta beauté !

Afin de préserver,

Notre amour de la ruine.

Monsieur, Krit (mohaga)

  • Vues1054
  • Évaluations12345
0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

elementum felis suscipit felis mattis venenatis, ut ut libero lectus