Octobre.

Jonchée de feuilles et de parfums, elle danse.

La ronde terre gigue avec aisance.

Journées d’automne sachant fasciner.

Ses nuits viendront nos rêves assassiner

 

De noires pépites piquent l’élu champs.

Elles picorent et ce bruit devient chant.

Manger pour continuer et vivre.

Les champs retournés et les becs ivres.

 

Les givres bientôt auront raison d’elles

Elles engloutissent en serrant les ailes.

Un gâteau loin des hirondelles luit

L’oiseux resté là se votre sur lui.

 

Brun manteau parsemé de noirs.

Le temps sombre profile ses soirs.

L’herbe devient mal aimée.

L’arbre lâche ses bien aimées.

 

Le tapis vert jonché de pièces d’or.

Le crépuscule recouvre les aurores.

Brouillardeuses journées se refusant.

Il nous reste les rêves, en attendant.

  • Vues2449
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

luctus et, Lorem ut tempus accumsan consectetur Donec nec

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?