Nos âmes amantes

Dans les fondus enchaînés
Des atomes qui s’escortent
De voyages ajournés
En espaces profanés,
Nos êtres déracinés
De leur réel se déportent
Et s’attirent fascinés…

L’écorce du temps avorte
D’un fugace emprisonné,
Naît le frisson du qu’importe
Aube des âmes qu’exhorte
L’infini d’un pas de porte
L’adultère est pardonné
La raison est déjà morte

Sur nos songes fusionnés
Tes caresses réconfortent
Mes mirages piétinés
Nos esprits déplafonnés
Sont vertiges géminés
Quand les altitudes portent
Nos deux souffles enlacés

  • Vues1785
  • Aime0
  • Évaluations12345

4 Commentaires
  1. Loupy 4 ans Il y a

    J’adore :

    Naît le frisson du qu’importe

    La raison est déjà morte
    Quand les altitudes portent
    Nos deux souffles enlacés

    Trop beau Sylvie j’aime

    Bisous profite du soleil il ne va plus rester longtemps (7°sur Paris)

  2. Auteur
    Sylvie 4 ans Il y a

    merci Loupy, c’est gentil…

    (5° dans la campagne du 44 à 9h ce matin, mais c’est un beau froid ensoleillé, et je compte bien qu’il dure longtemps !)

  3. Larsenbac 4 ans Il y a

    Comme récolte d’un fruit patiemment mûri, de soleil et d’eau, l’exhortation est portée jusqu’aux souffles enlacés…
    Un bon millésime, à déguster entre “Amis” ! 🙂

    L@rs

  4. Partagas 4 ans Il y a

    Poème original et bien écrit qui me plait. Compliments.

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Donec felis libero. ut Praesent in

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?