Nocturnes retrouvailles

Je te veux près de moi,
Pour tout mot sur la bouche
Que le silence froid,
Ta présence qui me touche,

Bien plus que tous les mots
Qui prétendent aux mystères
Pouvoir guérir les maux
Qui vous plongent en enfer

Vous font toucher l’abysse
Aussi vite que ton rire
Sur mon visage esquisse
Un timide sourire.

Ne me demande rien
Que tu ne saches déja
Si j’ai laissé éteint
C’est pour que tu ne vois
Du revers de la main
Le chagrin qui s’en va

Et toi tu restes là,
Attendant que je couche
Ma tête tout contre toi
Endormie comme une souche

Les canaux lacrymaux
Secs comme en plein désert
D’avoir versé toute l’eau
De leurs tristes rivières

Enfin le visage lisse
Etant passé le pire,
Sans que ta main ne glisse
Tu me regardes dormir.

Tu ne demandes rien
Que tu ne saches deja,
Tu as laissé éteint
Que lumière ne gêne pas
Et qu’au petit matin
m’éveille entre tes bras.

  • Vues1801
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

luctus libero elit. Lorem id, ut ipsum vel, leo consectetur in

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?