NETHOU

Ses couleurs sont arides, glaciales ;
Sa franche architecture impériale,
Agenouille tout corps et âme,
Décidé à rompre le calme.

Il est fameux, « Néthou »,
Celui qui culmine et qui rend fou,
« Cornas » et « Malidito »,
Ses adjacents de cimes pas assez hauts.

Sa longue barbe blanche, vide,
Grignote le moral des intrépides ;
Ô marcheur ! Prend garde à toi,
La montagne vie et bouge chaque mois.

La conception pure, est fragile,
Le plus grand des hommes agiles,
Ne peut éviter les crevasses,
Où dans le fond sommeillent les carcasses.

Ô « Néthou » ! Face frontière,
Fais écho des romances pionnières,
De « Tchihatcheff » et « Franqueville »,
Les premiers à y poser leurs chevilles.

mP.

  • Vues1500
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire
  1. Raymond 4 ans Il y a

    Une magnifique randonnée, qui rend hommage aux victimes des traîtres crevasses

    Merci du partage mP

    Raymond

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

felis venenatis, id at sem, nunc vulputate,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?