Ne dites rien !

(Pour les silences qui en disent long, faire un signe)

_______________________________

Vous qui n’avez rien à dire, ne dites rien.
Soyez DE-COM-PLEXE…

On n’est pas obligé pour un oui, pour un non, pour le quand dira-t-on
De dire, de parler, de s’exprimer, de s’exposer même… sans réfléchir, à show

Je ne veux froisser personne, y compris du papier
Mais est-ce écrit quelque part
Qu’il faille à tout prix se répandre, se raconter, communiquer,
lâcher-prise … de tête ou de bec…

Non !
Et tant pis pour les numériques, les pages blanches, les médias, l’e-média, l’immédiat !
Rien ne presse !

Il n’est écrit nulle part non plus qu’il faille avoir
Un avis sur tout, une opinion sur rue, une fulgurance imprenable,
une idée à avancer, voire bien arrêtée pour délit de poison distillé … ,
Personne ne vous condamnera.
Au contraire.

Ca fait de l’espace, de la place, çà dresse même un boulevard d’égo

A tous ceux qui n’en finissent pas d’en finir avec les mots,
Nous bassinent avec leur longueur de verve et le sourire de la faconde
Le subjonctif d’un commun accord toujours au bout des lèvres

A ceux qui n’en finissent pas de transcender leurs pensées, d’ergoter leurs poncifs
De relater, de propager, d’avertir, de transmettre, d’énoncer, de dénoncer,
de scander… de scandaliser
De pérorer, d’argumenter, de disserter, de chicaner
De tergiverser, d’arguer, de philosopher…
De soliloquer, de monologuer, d’introspecter, d’apostropher de leur voix publique…
Avec ou sans supplément d’estrade pour donner de la hauteur à leur vibrato

Comme si la seule chose que vous ayez à faire, VOUS,
d’important, d’ultime, de supérieur était de…
De les « ECOUTER »

Parce que, EUX, évidemment SAVENT.

Ils sont savants du temps, de l’air, du cosmos, du chaos
De la problématique d’e-mondes à la dérive des incontinents logorrhéiques
De l’incidence du Boson de Higgs sur la perte de poids de l’univers
De la théorie des champs de mars et attrape sur la pelouse du stade de France
Du cerveau lent à l’arrivée d’air chaud
Du casse-croûte BN sur la pause déjeuner
De l’avant, du pendant, de l’après qui, de l’après quoi
Des petits pas qui régissent les grands mouvements
De ce qu’il convient de faire et de ne pas faire à cheval
De l’incidence du rien sur le pas grand chose
De la pensée unique sur la mémoire universelle
De l’inconstance sur la suprême inconscience
De l’influence de Marie Curie sur la cuisine indienne
Du lâcher de guidon sur la poignée de fer de lance Armstrong
Et cætera, Et cætera, Et cætera,

J’en passe et des merveilles !
Quoi ? Des meilleures !
C’est pareil !

Non si vous n’avez rien à dire et bien ne dites rien
Pensons à la couche d’osons le silence et les mots à effet de sert à rien seront bien gardés

Laissons le silence dans l’état où nous l’avons trouvé
Ne rien jeter dans la “fausse sceptique”
Le tout à l’écoute est déjà saturé, laissons les vannes aux vannes

D’ailleurs… j’en ai trop dit

Je me tais, je me “taire”

🙂

  • Vues1447
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ante. sed nunc accumsan felis Phasellus ut sit velit, id Praesent

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?