Murmure !

Je rôde à travers champs, l’âme dans les sabots,
Le noyau de ma nature lourde, dommage ma pensée,
Le pet de loup entraîne ma vie, les inutiles bestiaux,
La bétaillère comble, mâchure ma robe déchirée,

Vivre dans ces lieux où règnent sous couvert d’un chapeau,
Fait la grandeur de l’homme, quand mûrit la bourse,
L’étalon fier expose l’altier port de tête, son capot,
Ces jours et nuits où ma sueur animale, coule de source.

Ces instants, où je suis seul roi de toute cette digne cour,
Sur le panneau d’affichage, se satisfait de soi, l’intrépide !
Inabordable conquérant, s’honore du prix Luxembourg,
Brillance glaisière. La Naïade ruisselle d’eau limpide ?

Les trophées excusent mon reflet, mes cils cochent mon regard
Qui, aujourd’hui nasille mes triomphes ou ma patte brisée ?
Je conserve en codicille, ce fond de monnaie, cigare, fumée de l’art
Ma chair propice, pour fine bouche. Ah ! Monarchie chamoisée. 

INCANTADA

  • Vues714
  • Évaluations12345
0 Commentaires

Laisser une réponse

©2018 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

diam ut eget elementum consequat. luctus ipsum efficitur. Lorem
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account