Mon poème

Mon poème

Dans les lignes des uns brillent les yeux d’une femme
Sa peau sous le soleil qu’on n’ose regarder
Un mot qui émerveille, un tout premier baiser
Un adieu de la main quand elle éteint la flamme.

Dans les mots d’autres on voit se dessiner les rêves
Comme un jour échappés des édredons ternis
Les espérances passées qu’un soir on a banni
D’avoir brûlé sans foi ne reste que la fièvre.

Chaque page noircie est une confession
Un champ de liberté autant qu’un chant d’adieu
Un puits de vérité qu’on remplit de son mieux
Quelques cendres blanchies qu’envolent les passions.

J’ai écrit bien souvent sur mes traces perdues
Un éclair entrevu entre deux grandes ombres
Mes projets imprévus qu’un vide clair encombre
Mes vraies envies d’avant, mon silence entendu.

Mon jardin refleurit à la belle saison
Autant qu’il sait frémir aux plus sombres lueurs
Parfois viennent gémir quelques oiseaux moqueurs
Comme l’eau se tarit a en perdre raison.

Mais avant les couleurs que le printemps inonde
Il est une lumière qui efface mon gris
Dessus ces simples vers qu’un instant j’ai choisi
Il y a votre cœur où mon amour abonde.

 

  • Vues3004
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. Jeanlegentil 5 ans Il y a

    Vous êtes trop fort bravo

  2. Gabrielle 4 ans Il y a

    tout en tendresse, jeu d’ombre et de lumière, pour une belle déclaration, joli !
    V***

    @micalement

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ipsum amet, massa venenatis ut felis vel, ante. tristique consectetur

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?