Mon mois

Un parfum réussi parvient et m’inonde.
Les indicibles bleus giguent dans ma ronde.
Le jour cède sa place à la nuit décidée.
Etreindre ce lendemain enfin regardé.

D’incongrues pépites parsèment le marron gâteau.
Les invitées festoient dans les murs du château.
Le chant d’un troubadour complète la réjouissance.
Les champs retournés d’espoir sont magnificence.

L’amphitryon ouvre à l’hôte ses vignes.
L’inviteur jusqu’au bout veut paraître digne. (Souvenirs)
Percer le tonneau d’une vigne dévolue.
L’invité s’élude de la fête, résolu.

Des gouttes d’or éperdues jonchent cette herbe.
Une envie de taquiner encore le verbe.
Le soleil d’aout parvient encore caressant.
L’atmosphère sourit aux potes et moi, le passant.

  • Vues1643
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

diam vulputate, libero. dictum adipiscing ut mattis dolor velit, odio consectetur

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?