C’est le voisin d’en face
Un homme derrière une glace
Il part toujours à l’heure
Quand naissent les lueurs
Dans le petit matin

Ni femme, ni enfant
Juste la télévision
Comme seul compagnon

Il arrose sa plante verte
Sur un bord de fenêtre
Personne ne sait vraiment
D’où vient cet homme si grand

Un bonnet sur la tête
Des lunettes de soleil
Son cœur jamais en fête
A besoin de sommeil

A quelques blocs d’ici,
Un jour, une explosion…
C’est là qu’il est parti
Sans nous laisser de nom

Roger Tibbart © Fulgurances 2018

  • Vues801
  • Évaluations12345
0 Commentaires

Laisser une réponse

©2018 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

felis Sed Aliquam ut ipsum libero
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account