MARINE

Là-bas contre la digue où chassent des sirènes

Entre des eaux mêlées que des rochers promènent

Un phare balayé soit d’embrun soit d’écume

Arrache nébuleux le néant de la brume

.

D’un sillon galopant il racle la marée

Accrochant dans sa course un instant amarrée

L’onde d’un esquif ondulante et fluette

Bousculant l’horizon chaque fois plus secrète

.

Et seule l’accalmie d’une aurore naissante

Eloignera des flots cette ronde incessante

Pour l’emmener là bas très loin vers l’océan

Où des ondes salées arriment le néant

.


Notes : Ce poème n’est pas de moi mais d’un ami d’enfance de ma mère dont j’ignore le nom.

Elle en avait conservé un copie manuscrite que je retranscris ici de mémoire, exception faite de la ponctuation.

  • Vues2097
  • Aime3
  • Évaluations12345

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

et, accumsan justo id risus. pulvinar non dapibus

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?