Mais…ou l’inspiration

Ce matin le soleil, darde de ses rayons

La ville et ses faubourgs ; assis à la terrasse

D’un troquet de banlieue, je machouille un crayon

Mais la feuille reste vierge, je suis dans une impasse…

 

L’inspiration me fuit autant que le désir,

Est-ce l’âge qui inflige au corps et à l’esprit

Des rides et des regrets comme d’infâmes souvenirs ?

Le serveur me regarde et je lis son mépris ;

 

Que n’ai-je pu me fondre, comme tant de quidams

Dans un céleste ennui pour exister un peu ?

Que n’ai-je pu trouver la force d’être heureux ?

 

A forcer son destin, on découvre ad vitam,

L’inanité de notre condition humaine,

Et l’infatuation des projets que l’on draine.

 

  • Vues1194
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

massa fringilla tempus libero ipsum consequat. vel, diam ut odio justo

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?