Ma nuit

La nuit enterre tous mes rêves,
accule mes songes,
pousse au fond du trou mes idéaux,
je la suis fébrile et fragile,
craignant les folies sombres,
jouant avec les ombres,
j’essaie de chasser les fantômes,
je me regarde en face, derrière moi,
des gestes brusques, des cris,
des peurs, des angoisses dociles,
devant moi un avenir blanc,
pas encore écrit,
apeurée par une certitude,
la seule,
celle de t’aimer jusqu’au bout de ma nuit,
me suivras tu dans mes balbutiements,
entends tu les râles de mon cœur,
ressent tu cette douleur qui écrase de son poids notre présent,
fais tu cas du temps qui coule,
ma litanie arrive t elle jusqu’à tes oreilles ou dors tu du plus calme sommeil,
celui des enfants devenus grands,
me suivras tu dans mon abime ou préféreras tu la quiétude certaine d’une vie sans peine,
me reconnaitras  tu parmi les centaines, l’odeur de ma peau te laissera t elle  de marbre ou se confondra t elle avec tes tréfonds,
j’aime ton sourire moqueur plus que tout au monde,
ton rire qui  casse les fêlures,
tes mots qui emprisonnent les doutes,
j’aime tes cris d’indignation,
tu ne referas pas le monde,ni même la France, 
ça je l’ai compris mais tu as refait mon monde,
qui ne jure que par ton nom,
ton nez qui bleuit au froid me demande de la chaleur,
tes mains me demandent de les  lécher jusqu’au bout des ongles comme des glaces à la vanille, 
t’ai je  jamais dit ce que je pensais de tes mains,
quel effet elles eurent sur moi,
ces mains curieuses de tout,
qui furètent sous mes circonvolutions cerebrales
j’aime tes hésitations,
te l’ai-je dis,
tes silences,
le sais tu,
ta fausse pudeur,
comprends tu,
ton inconscience qui met tous mes sens en lumière,
toute mon âme en branle,
tout mon être en convulsion,
tu ne refais pas le monde mais tu as touché au mien et la nuit a pris des formes de lune qui me  susurre des mots d’amour,
les jours résonnent de tes pas dans la neige,
les heures sont marquées par ton nom sur fond bleu,
non tu ne comprends pas,
j’aurais du  passer comme les couleurs passent au soleil,
j’aurais du n’être que cet oiseau qui chante un jour sous ta fenêtre puis s’envole à jamais,
plutôt que t’inviter au noir de ma nuit sans filiation et sans fin.

  • Vues2778
  • Aime0
  • Évaluations12345

9 Commentaires
  1. Larsenbac 5 ans Il y a

    Nuits de Doute et d’Espoir, de Rêves et Cauchemars, tout un monde qu’on essaie de refaire, et qui s’écroule souvent à la lumière du Jour, parce que le Passé s’incruste, et que le mêmes Erreurs se reproduisent “sans filiation et sans fin”…
    Un questionnement, une méditation en introspection qui méritent… attention ! 😉
    Ce poème transpire le vécu, la sincérité !

    • Auteur
      lifesof 5 ans Il y a

      J’aime beaucoup votre lecture
      elle est précise , subtile et surtout juste.
      Merci pour l’attention
      c’est déjà beaucoup.

      Lynda

  2. Pooete 5 ans Il y a

    Bonjour, lifesof-Lynda :),
    c un poème délicat de sensualité et d’amour.
    Ce qui est intéressant c’est “ce qui n’est pas encore écris!”.

    • Auteur
      lifesof 5 ans Il y a

      Vrai poète
      ce qui est intéressant c’est toujours ce qui se cache derrière les voiles, ce qui n’est pas dit, pas encore écrit, l’avenir somme toutes.

      Merci

      Lynda

  3. melodierebelle 5 ans Il y a

    Bonjour, lifesof un beau partage

    mes amitiés

  4. Trémière 5 ans Il y a

    un poème original que j’apprécie

    merci pour ce partage

    bises de Rose

  5. Ecriveurvain 4 ans Il y a

    Des circonvolutions? Pour circonvoler en justes noces? 🙂

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ut Donec commodo quis, dictum id

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?