L’impétueux enfer

Ô vous qui semblez sourds et qui pourtant priez
Qui sait ce qu’il peut être au-delà du miroir
Votre aura de façade assoiffe l’encrier
Et chaque mot prédit le piètre ou l’illusoire

Lorsque l’eau coulera sur l’aurore froissée
Que la rouille aura pris et rongera la vie
Oserez-vous encor prendre pour panacée
Cet ego de fortune où le sombre sévit

La colère est un leurre, elle embrase le cœur
Puis répand ses aigreurs sur vos viles hantises
De vos yeux révulsés où suppure la peur
L’impétueux enfer attise la bêtise

Ô vous qui semblez sourds et qui pourtant priez

  • Vues2360
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

sed ipsum Praesent elit. risus. tristique sit commodo facilisis

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?