Liebkuchen

Et depuis,

Je sillonne les paysages qui se ruent à travers nous, 
Mes doutes et mes peurs aussi,

À la lueur de ces regards,
Et de ces rêves inconnus, lovés au coeur de nos paumes,

Le Soleil luit,
Sur le lit de nos cils,

Et la folie gagne mon fond, en silence
À l’aube de mes perceptions,

Pardonnes-moi,
J’ai le cœur au précipice des mots,

D’aussi loin, je te suis si proche,
Asphyxiée, de la plus tendre des douleurs

Mon âme s’éprend de la tienne, sa plus belle aventure.

  • Vues1449
  • Aime1
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Aenean Curabitur Aliquam efficitur. mi, pulvinar lectus id, suscipit nunc commodo libero

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?